Institut Musical de Formation Professionnelle

Concerts Salon de Musique

Logo Salon de musique

Nos concerts sont organisés par Salon de Musique, au sein même de la salle de spectacle de l'IMFP.

Vous pouvez réserver vos places grâce à la billetterie en ligne, accessible ci-dessous. Nous restons toujours joignables par téléphone au 04 90 53 83 97.

Pour plus d'informations ou pour consulter la programmation complète, veuillez visiter le site web de Salon de Musique.

Programmation :

Mardi 1 février - 19h00
Jazz
Yoann Loustalot / Julien Touéry « Slow »

Yoann Loustalot, sélectionné par Jazz Magazine parmi les 5 Révélations "Trompette" 2021

Un univers poétique d’une rare beauté

Un accueil de la presse exceptionnel… Rolling Stone, Jazz Magazine, Télérama, Citizen Jazz, Classica, Mediapart, tous s’accordent sur la beauté de la musique.
Yoann Loustalot, maître es-bugle et trompette, s’est lancé avec ses partenaires, Julien Touéry, Eric Surménian et Laurent Paris, dans l’aventure de la lenteur. Aux confins du jazz, de la musique improvisée et contemporaine, les quatre artistes investissent le monde de l’introspection, d’une retenue magistrale. Il faut prendre le temps de s’immerger dans ces lacs imaginaires du grand Nord où tout s’étire, où chaque note et chaque son (observez le travail de Laurent Paris aux percussions) pèse leur poids, avec quelques somptueuses mélodies dont “Fjords”, une composition du pianiste en est l’illustration.

Yoann Loustalot : Trompette / Bugle
Julien Touéry : Piano
Eric Surménian : Contrebasse
Laurent Paris : Percussions

"Slow" Concerts organisés en collaboration avec Salon de Musique, Le Cri du Port et Le Petit Duc.
- mardi 1er à Salon de Musique,
- jeudi 3 au Cri du Port et
- vendredi 4 février au Petit Duc.

Mardi 22 février - 19h00
Jazz
Frédéric Borey 'BUTTERFLIES' Trio, Featuring Lionel LOUEKE

Avec ce nouvel album chez Fresh Sound Records, le 8ème en tant que leader, Frédéric Borey allie ambition, musicalité et amitié.
Suite à leur 1er disque (©2019), et près de 80 concerts depuis 2018, le BUTTERFLIES Trio a construit, ensemble et avec le public, une relation forte.
Fort de cette complicité humaine et musicale, il rêve en grand et décide, dans ce second disque, d'inviter Lionel Loueke, musicien de classe internationale (Herbie Hancock, Wayne Shorter, Chick Corea, Dave Holland, Charlie Haden, Joe Lovano, Chris Potter, Esperanda Spalding, Robert Glasper, Sting, Gretchen Parlato…) et ami fidèle rencontré il y a 26 ans.
« Cette idée est venue d’une envie collective, celle de se ‘renouveler’. Le trio est le socle qui nous définit, et autour duquel nous pensons intéressant (pour nous même et pour le public) de créer en permanence, s’amuser, se bousculer, innover. Cela rejoint également la volonté de garder une certaine forme de spontanéité, d’improvisation, de surprise liée à la tradition de notre musique, le jazz.
L’idée originale d’inviter Lionel s’est révélée comme une évidence. Ayant tous les trois le plus grand respect pour sa carrière, il s’agissait, au delà de son originalité musicale, de continuer à placer les relations humaines au premier plan de notre groupe
»

Dans ce nouvel opus, qui comporte 11 pistes, dont 8 en quartet et 3 en trio, on retrouve les compositions de Frédéric, bien entendu, mais aussi celles de ses complices, qui ont tous composé pour le projet.
Chacune des pistes possède une identité forte. On peut y reconnaître l’écriture de Frédéric dans 'Don’t Give Up', 'Lou' (duo entre Frédéric et Lionel) ou 'Insomnia' dont la production (notamment avec deux batteries et deux guitares enregistrées en même temps) vient amener un vrai son nouveau dans son répertoire.
'Do Hwe Wutu' (Grâce à Toi) vient témoigner en béninois de la reconnaissance fraternelle de Frédéric envers Lionel. On peut également entendre du « pur » Lionel Loueke avec 'Camille', écrit et ici chanté par le guitariste, dont on reconnaît instantanément le style.
En résulte un enregistrement équilibré, diversifié et humain, où chacun à la parole.
The Butterflies invite Lionel Loueke et papillonnent ensemble, à l’image de leur complicité.
« C’est tout ce que nous essayons d’être, 4 papillons qui se rencontrent et volent ensemble le temps d’une danse »

Spotify.com/album
​​​​​​​Butterflies-trio
​​​​​​​

Frédéric Borey : Tenor saxophone
Matyas Szandai : Doublebass
Stéphane Adsuar : Drums
Lionel Loueke : Guitars, vocals

Mercredi 23 février - 20h00
Pop Orchestrale
Virago

20h Première Partie - Atelier Philippe CANOVAS (Musiques Actuelles Amplifiées)
Tristan Chusseau : Batterie
Florian Giraud Heraud : Basse
Mathieu Zeman : Piano
Mattis Bouvier : Guitare
Lucas Sferlazzo : Guitare
Fanélie Pardon : Chant
Manon Chikh : Chant

 * * *

21h Virago ouvre un champ singulier dans l’espace des musiques actuelles.
​​​​​​​La voix saisissante de Morgane Serra – alliage entre puissance et sensibilité – sublime l’esprit mélodique des compositions profondément inspirées et originales.

Le choix d’un trio à cordes en subtil dialogue avec le piano de Mélanie Egger confère une empreinte personnelle à ce groupe dont l’univers musical se révèle envoutant.

Instagram
Virago 

Morgane Serra : Chant / Composition
Mélanie Egger : Piano / Composition
Tuần Nghĩa Đường : Contrebasse
Eleonore Begueria : Violoncelle
Louison Barbaud-Haas : Violon

Mardi 1 mars - 19h00
Jazz
Gauthier Toux trio - The Biggest Steps
Gauthier Toux, sélectionné par Jazz Magazine parmi les 5 Révélations "Claviers" 2021
Simon Tailleux, sélectionné par Jazz Magazine parmi les 5 Révélations "Contrebasse" 2021

Associé à la nouvelle garde du jazz français, le pianiste Gauthier Toux publie aujourd’hui sur le label parisien Kyudo Records « The Biggest Steps », son troisième opus en trio. Après « Unexpected Things » (2016) et « The Colours You See » (2018), et un parcours musical et discographique ponctué par de nombreuses distinctions (lauréat La Défense Jazz Festival, Tremplin Jazz à Vienne, Révélation Jazz Magazine, Talents Jazz Adami), Gauthier Toux et son power trio acoustique continuent de trouver leur force dans un son collectif et un souffle épique.
Gauthier Toux était, il y a peu, un jeune artiste prometteur. Et voici qu’il frappe aujourd’hui, 28 ans à peine, à la porte de la cour des grands, rejoignant sans agitation le petit monde de ceux avec lesquels il faudra désormais compter.
Après un impressionnant détour vers le monde de la musique électrique et électronique, un pas de côté réfléchi et profond (« For a Word » en 2020), le voici de retour aux affaires
acoustiques dans une formule qui le fascine depuis son adolescence et qu’il renouvelle au passage, le trio.
En portant au sens de la forme une extrême attention, en cultivant l’obsession d’un son
collectif qui va bien au delà de l’expression individuelle, le pianiste franco-suisse laboure,
avec son nouvel album, des terres voisines de « For a Word ». C’est cette fois le sillon du son acoustique qu’il creuse, avec la même ferveur qui l’animait lorsqu’il tissait auparavant des toiles électroniques pour parer ses mélodies d’un insondable mystère.
Animé par la même force, poussé par le même désir de pétrir le matériau sonore, le voici aux commandes d’un vaisseau triangulaire qui va tout aussi loin.
Affranchi des formes classiques, chaque instrument se love au creux des autres, et ce n’est plus sa seule fonction qui prime. Aussi entendra-t-on les tambours nous conter des mélodies, la basse dessiner des contrechants et le piano nous offrir un cadre rythmique implacable. Le trio est pensé de façon orchestrale, explorant toutes les options, tous les agencements possibles. Maxence Sibille (batterie) et Simon Tailleu (contrebasse) sont les essentiels partenaires de ces audacieuses géométries, qui, à la fois, requièrent audace et confiance,
intuition et maîtrise.
Si Gauthier Toux est un homme qui fonce, c’est aussi un homme qui pense, un artiste
sensible, au fracas du monde, et aux chemins de son âme. Il cherche sans relâche, il a trouvé ici un chemin bien à lui, qui l’on s’en doute, l’emmènera très loin.


​​​​​​​Gauthier Toux : piano
Maxence Sibille : batterie
Simon Tailleu : contrebasse